vendredi 13 juillet 2018

"Il ne savait pas que c'était possible, alors il l'a fait".


Cette phrase (piquée à Mark Twain), est l'une des 2-3 formules toutes prêtes que Ulule propose aux contributeurs d'un projet quand ils sont à cours d'inspiration.
Je l'ai donc lu quelques fois en commentaires, lors de la campagne de financement - tout à fait épique - de mon premier artbook "Atelier/Workshop".
Et pour tout vous dire, cela me faisait sourire.
BIEN SÛR, qu'on savait que c'était possible ! Préparer une campagne, la mener au jour le jour... c'est un TEL travail ! Alors nous savions que c'était largement faisable. Sinon, JAMAIS on ne se serait lancé là dedans (pas fous!).



Mais ne me prêtez aucune intention de minimiser le score final (près de 6 fois ce que nous demandions !). Si l'exploit est réel, c'est son auteur qui est à saluer : VOUS !
Sans VOUS, nous n'aurions RIEN fait ! C'est VOUS qui étiez là, le tout premier jour, ou qui en avez entendu parler en cours de route, ou vous qui nous avez rejoint au tout dernier jour, ou qui avez attendu le jour de paye pour "craquer le slip".


Oui, s'il y a exploit, c'est à VOUS qu'on le doit, et donc, que la phrase qui ouvre ce post est adressée.
Cependant, je vais aussi vous avouer quelque chose : nous ne savions pas, Mickaël Géreaume et moi, qu'il était tout à fait IMPOSSIBLE en un mois, de rédiger, maquetter, redessiner, suivre la traduction en anglais, ajouter la réalisation d'un comic-book collector, et réaliser des commissions... pour un livre qui fait au final 208 pages !

Nous ne le savions pas. Alors, nous avons pris date avec un imprimeur, pour un rendu du livre à la mi-juin. Les fous !

Et en effet, c'était impossible. Même en deux mois, même en dormant peu. C'était impossible. Par contre, nous l'avons tout de même fait ! Le livre est fini, bouclé, relu, re-relui, re-re-relu.
Oh ! Nous n'avons pas été tout à fait seuls : quelques personnes sont venues à notre rescousse (je ne les cite pas, elles sont notées dans le bouquin).

Car je me suis débattu pour que vous ayez le livre le plus VITE possible. L'honneur que vous m'avez fait, votre confiance, mérite que les efforts ne soient pas ménagés pour en être digne.
Tellement que, dans la fatigue, je me suis fracturé le talon, dans la dernière ligne droite de la campagne, le 5 mai, et je n'ai quitté les béquilles que vendredi dernier, il y a 6 jours !
Alors non, nous ne savions pas qu'il était impossible de faire ce gros pavé en à peine deux mois, mais grâce à votre force à touts, nous l'avons quand même FAIT !

Depuis la nuit dernière, le livre est désormais entre les mains de l'imprimeur.

Moi, je marche à nouveau.

Bientôt, j'attaquerai les 30 dernières commissions avec des forces renouvelées, et les mille autres petites tâches qui vous sépareront alors du moment où le livre sera entre vos mains.
En attendant, demain, départ pour l'Irlande, où nous serons en famille, avec ma femme, ma fille, et mon fiston, quelque part à randonner (béquilles à portée de mains), ou dimanche soir, dans un pub, à regarder un autre exploit français, sportif celui-là (Éh ! Chacun son métier !).
Quel qu'en soit le résultat, mes champions du monde, c'est VOUS !
Je vous emmène en pensées, je vais consacrer un peu de temps aux miens (ils auront été patients).
Je vous souhaite d'en faire autant cet été.

Tout à fait entre nous : j'ai déjà hâte de nous retrouver pour la suite des aventures !

La bise à tous !

vendredi 15 juin 2018

"Enfers et Fantômes d'Asie" (4/4).


"Jiangshi" (vampire sauteur - Chine).
Musée du Quai Branly - jusqu'au 15 juillet.
Dernier de la série.

 Extrait de Wikipédia :

 Dans le folklore chinoise Jiangshi est un cadavre partiellement animé, susceptible de se déplacer par bonds, mû par sa propre énergie ou la magie d’un maître taoïste. Il s’avère souvent dangereux car il peut être tenté de dévorer les vivants ou de se nourrir de leur souffle vital. Dans les dernières décennies, il a acquis la capacité de se nourrir de sang à l’imitation des vampires occidentaux. Après avoir été exploité par la littérature fantastique de l'époque mandchoue, le jiangshi a connu une seconde période de gloire grâce au cinéma hongkongais des années 1980. Le thème a alors connu toutes sortes de traitements lui faisant perdre son aspect sinistre : jouets, vignettes, motifs décoratifs de papeterie scolaire, films pour enfants, etc. On retrouve des personnages similaires dans de nombreux jeux vidéo asiatiques.



Croquis :

 Gros-plan

Demain, je serai en dédicace à Niort (79), pour le fabuleux festival Niort'en-Bulles, parmi une pléiade d'auteurs, dont Nicoby, Davodeau, Thierry Martin, Tronchet, Olivier Jouvray, Obion, Bouzard, Sagot, Jousselin, Zanzim, Chouin...
J'aurai avec moi en avant-première, le comic-book Fox-Boy, Kirby & Me, Breizh Migrants, Foxy, etc. !
À samedi

mercredi 13 juin 2018

Enfers et Fantômes d'Asie 3/4 : "Krasue"

"Enfers et Fantômes d'Asie" (3/4). "Krasue" (prononcer kra-zué") : Femme-vampire thaïlandais, composé d'une tête volante et de ses intestins.
Pour le Musée du Quai Branly et sa TERRIFIANTE expo (jusqu'au 15 juillet).



La voilà en entier (si je peux m'exprimer ainsi) :



Les gros-plans (de fort bon goût, évidemment) :


 
Vendredi, le quatrième et dernier.


Je serai en dédicace à Niort (79) ce samedi, pour le fabuleux festival Niort'en-Bulles, parmi une pléiade d'auteurs, dont Nicoby, Davodeau, Thierry Martin, Tronchet, Olivier Jouvray, Obion, Bouzard, Sagot, Jousselin, Zanzim, Chouin...
J'aurai avec moi en avant-première, le comic-book Fox-Boy !
À samedi ?

lundi 11 juin 2018

samedi 9 juin 2018

Enfers et Fantômes d'Asie 1/4 : "Esprit Affamé"

Alors que j'arrive lentement au terme du marathon de la maquette du livre Atelier/Workshop (170 pages bouclées sur 200), je réalise en y consacrant une double-page, que je n'ai pas montré cette récente commande (juste avant le début de la campagne), pour le Musée du Quai Branly (Paris) et une exposition TERRIFIANTE actuellement en cours : "Enfers et Fantômes d'Asie" (jusqu'au 15 juillet).
Voici donc le premier de 4 visuels : un Esprit Affamé (Chine bouddhiste).


  C'était un concours.
Je me suis dit : "Dans quelle direction, vers quelles teintes, irait Richard Corben ?"
Et je me suis laissé porter. Fait en un jour (le délai était TRÈS serré - comme j'aime, en fait.


Gros-plans :



 Suite... très vite.

Bon week-end.