jeudi 22 septembre 2022

François Corteggiani (1953-2022)

L'auteur de BD François Corteggiani nous a soudainement quittés, hier soir, entouré de sa famille. Pour moi, c'était LE scénariste de Pif, Smith et Wesson, L'Archer Blanc, Marine, La Jeunesse de Blueberry.

Il est parti rejoindre Mandryka, Greg, Claude Marin et quelques centaines d'autres amis qui ont joué les éclaireurs dans les plaines de Wakatanka.
 

 

À mes yeux, il était à la BD ce que Bertrand Tavernier était au cinéma : un gardien du Temple, un connaisseur affûté, un collectionneur éclairé, un ami en acier, un infatigable artisan, un citoyen engagé et un défenseur du métier.
 
En 2013, Nicoby et moi avions consacré une expo à son impressionnante collection de planches originales pour le festival Quai des Bulles. Le convaincre avait été compliqué. Il n'aimait pas être mis en avant. L'argument qui avait fait mouche : À travers les originaux de ses amis partis, rappeler s'il le fallait, le génie de (au hasard) : Cézard, Mitton, Alex Toth, Follet, Wolinski, Godard, Jaccoviti, Jijé, Arnal, Tezuka, Go Nagaï, Milton Caniff, Noel Sickles, Milton Caniff, Tardi, Saint-Ogan, Mic Delinx, Geerts, Beuville, Jack Davis, Mort Drucker, Russ Manning, Dany, ou encore Marcello.
 
François était un amoureux de la bande dessinée comme j'en connais peu. Un ami fidèle, et un insubmersible antifasciste (une espèce en voie de raréfaction). Il aimait réunir les gens et son salon de BD - le plus convivial du monde, puisqu'il se faisait en terrasse de café à Carpentras, entre klaxons de mariés et café/bière à gogo - aura été l'occasion de connaître son clan (je pense en premier à l'indéfectible Sergent Momo).
 
Quant au reste (l'infatigable travailleur, le scénariste hyperprolifique, le rédacteur en chef, le tôlier des Bistro-BD de sa ville Carpentras...) c'est de l'ordre du CV, et vous en lirez le détail partout ailleurs.
 
Sa plus grande joie : ses enfants, et ses petits enfants. Grosses pensées pour Timothée et Baptiste.
 
 
Enfin, partir le JOUR de tes 69 ans... c'est le genre de tête à queue qui t'aurait fait rire.
 
Ce grand rire de colosse.

4 commentaires:

  1. Très bel hommage et très joli texte Laurent.
    J'ai eu l'occasion de rencontrer François Corteggiani à plusieurs reprises dans un petit festival de BD Jurassien sans prétention, et je me suis aperçut que ce Monsieur en était également totalement dépourvu...(alors que moi j'étais comme un dingue ne serait ce que par rapport à Pif).
    Même si il ne venait pas systématiquement à ce festival, la prochaine édition me paraitra bien vide. Pffff...
    De même, ces dernières années je voyais régulièrement son nom dans des contributions communes de certains projets BD en financement participatif.


    RépondreSupprimer
  2. C'était notre oncle à tous.
    Il a enchanté ma jeunesse avec Pif et une foultitude de BDs, puis il il a été extrêmement généreux en conseils et adorait écouter les projets BD.
    C'était un érudit de la BD.
    À un Quai des Bulles, on a dédicacé côte à côte, chez un éditeur qui me gueulait dessus pour aller toujours plus vite, tant il vendait de bouquins, je pouvais même pas prendre de temps pour aller manger, ce qui faisait râler l'éditeur encore une fois parce qu'il avait quand même payer la cantine.
    François lui a demandé d'arrêter, est parti avant de revenir avec deux sandwichs et une bière.
    J'en étais bouleversé.
    On venait de s'échanger un petit mot, pour son anniversaire quand il est parti pour de bon...
    C'est vraiment douloureux...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Laurent Lefeuvre23/09/2022 14:52

      Oui, celle-là fait vraiment mal.

      Supprimer
  3. Fidèle au Bistro BD et bien que je ne connaissais pas personnellement M. Corteggiani, ce dernier m'interpellait pour me saluer quand nous nous croisions dans des manifestations autour du livre. Je garde un souvenir ému de ma rencontre avec M. Cavazzano, l'auteur du Fantomiald de mon enfance, grâce à son intervention : un ami qui connaissait François lui avait en effet parler de l'admiration que je portais à l'auteur italien ; je suis ainsi reparti avec des magnifiques dédicaces et le souvenir d'une chouette rencontre.. En sus de belles découvertes (le regretté Sergio Tisselli et Lele Vianello notamment), j'ai beaucoup apprécié son engagement citoyen, d'autant qu'aujourd'hui les artistes de tout poil ne se mouillent pas vraiment en la matière... Merci pour tout. Un lecteur (très) reconnaissant. Et triste.

    RépondreSupprimer

Un blog sert à partager. Vous êtes chez vous.