vendredi 6 décembre 2019

Fox-Boy - Janvier 2020


Une planche. Parce que ça fait longtemps.

Souvent, je poste aussi sur Facebook ce sue je poste ici. Le blog permet de classer les posts, grâce aux libellés attachés à chacun d'entre eux, tandis que Facebook les écrabouille les uns sur les autres. Ceci étant dit, Facebook permet une plus grande visibilité (100 fois plus grande, je dirais), et  favorise la spontanéité des échanges. Parmi ceux-ci, je reprends ici la question de Sofiane Domeche, et ma réponse :

Sofiane : Bonjour Laurent. Au vu de la somme de travail mise dans Troisième Souffle, prévois-tu pour de prochains albums de Fox-Boy de collaborer avec des encreurs et coloristes?


Moi : Alors non, car j'aime faire la couleur. La réaliser fait partie de mon travail qui est de raconter une histoire. Aussi parce que je serais bien trop pénible avec des collaborateurs. Je pense la planche en couleur. C'est à dire que quand je dessine, je sais quand m'arrêter, pour laisser la couleur mettre ce qu'il manque. Ici, la quasi monochromie (bleue) apporte la bande sonore (un silence, ou une note tenue, un bruit sourd de moteur, le vent glacial, etc.).

Les flous donnent l'humidité de l'air (comme la buée autour des bouches des marins case 2). Le grain de la lumière en haut de la case 3 donnent une humidité glaciale. La lumière n'est pas jaune (couleur chaude) mais bleutée (couleur froide). Tout doit aller dans le même sens. Parcimonie et lisibilité, malgré la nuit, conduisent toutes mes décisions.

Bref, de l'encrage, au lettrage, à la couleur, aux flous, TOUT me sert à affiner le récit, l'ambiance, la narration, la température, la "musique du film".

Alors, et même si j'en avais les moyens, je ne confierai ça à personne.






J'ajoute le noir et blanc. Toujours intéressant de voir la planche "brute", et le dessin seul :

 


Couleur seule :


Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Un blog sert à partager. Vous êtes chez vous.