mercredi 2 novembre 2016

Fox-Boy t.1 : Tirage 2

Le premier tirage arrivant à son terme, j'ai eu le plaisir d'apprendre cet été qu'un second serait lancé très vite. L'occasion d'apporter quelques menus changements à la couverture.
"C'est peut-être un détail pour vous, mais pour moi ça veut dire beaucoup".

Rien de bien important, donc, entre ces deux versions. Que les collectionneurs se rassurent, il n'y a pas de quoi parler de "variant-cover" (mode Américaine qui consiste à appâter le chaland collectionneur en multipliant les versions d'un même produit).


Voici donc les deux versions (celle de septembre 2014 puis celle de août 2016 - photo de piètre qualité, je m'en excuse) :


C'est principalement en terme de composition de rapport de masses entre les deux éléments (personnage et néon/texte) que se joue la chose. L'air circule mieux, les contrastes sont meilleurs entre premier-plan et fond.
Voyons ceci plus en détail.

Dans la première édition (ci-dessous), le personnage survole un néon "Fox-Boy". Chacun des 2 éléments est cerné par un cadre bleu. On voit que le premier équivaut à la moitié du second. Ils se touchent presque, s'imbriquent comme des pièces de puzzle. Les deux forment d'ailleurs une troisième forme (sorte de "maison" en rouge). Malgré une compo en théorie assez dynamique, je trouve que le tout est un peu statique.

Le néon (source de lumière) est censé éclairer Foxy. Or, il est jaune orangé (c'est-à-dire plus foncé que les zones les plus claires de Foxy - objet éclairé). Cela n'est pas logique et perturbe la lecture de cette image dont on ne "sent" plus bien si "Fox-Boy" est un élément du dessin (néon sur un toit) ou un simple titre absent du réel du personnage :



Version 2 : Une fois éclairci, le haut du néon retrouve son rôle de source de lumière de l'ensemble, et redonne ainsi au personnage en lévitation au-dessus, sa légèreté :

En termes de rapports de masse (en vert), mais aussi en terme de composition (triangle rouge), les deux fonctionnent mieux, car moins serrés en blocs Tetris © : 



Dernier point : Le tome 1 est une sorte d'état de grâce du personnage (du moins sur l'ensemble de ce premier tome). Il m'apparût dont qu'il devait, pour compléter cette assurance jouissive de la découverte de ses facultés, esquisser un SOURIRE !


Cette couverture offre désormais à mes yeux une image plus juste, plus dynamique, plus lisible de la naissance de Fox-Boy, ainsi qu'un meilleur contrepoint de celle, plus dramatique, vulnérable et inquiétante, du tome 2 :



Comme vous voyez, tout cela relève bien du détail. Mais ne dit-on pas que le Diable s'y cache ?

Kenavo !